Accueil > Journal de bord > Asie > Inde > Goa l’étape touristique Indienne à ne pas manquer.

Goa l’étape touristique Indienne à ne pas manquer.

basket et sac a dos à Goa
 
Goa est une région du sud ouest de l’Inde où il fait bon vivre. Il est vrai qu’après une arrivée mouvementée dans une grande ville comme Bombay, nous nous sentons tout de suite beaucoup plus à l’aise à Goa. Cette région de l’Inde est principalement dédiée au tourisme. Au nord pour les Indiens et au sud pour les étrangers, j’aurais presque envie de dire que Palolem est une enclave Israëlienne…

 
 

Notre arrivée à Goa la région où il fait bon vivre.

 
 

Rhaziz GoaNous avons commencé notre découverte de cette région par la gare de Margao, ville importante de Goa, d’où nous avons rejoint Colva non loin de la mer. Nous avons logé dans une petite Guest House, nommée Omsay, et fait la connaissance de Rhaziz (Népalais vivant et travaillant en Inde). Nous entamons notre périple touristique sous de bons hospices dans une région où nous trouvons un bon rapport qualité prix. Il est possible par exemple de louer des petites chambres climatisées en bord de mer pour moins de 1000 roupies par jour. Je me rends compte d’ailleurs qu’il est toujours possible de faire baisser légèrement les prix annoncés.

 

Après une première nuit de récupération (nous sommes arrivés vers 21 heures), nous profitons de la journée suivante à la recherche des coins sympas pour passer les prochains jours… Après le grand départ, le passage par Bombay et les 13 heures de train, nous avons vraiment envie de nous poser un peu et de commencer notre tour du monde par une vraie semaine de vacance.

 

Après quelques recherches et de belles discutions (mi anglaises, mi langage des signes) avec Rhaziz, nous décidons de partir vers Palolem Beach, réputée pour son cadre magnifique et pour l’accueil de ses habitants. Cependant, il est clair que pour le côté « rencontre de l’autre » et découverte des traditions ce n’est pas la destination idéale. En revanche pour passer une « chouette » semaine de vacance à très bon prix il ne faut surtout pas hésiter ! D’ailleurs, après quelques jours et rencontres sur place, nous savons désormais que l’on peut trouver une chambre dès 600 roupies, pour le plus bas de gamme, à 1000 roupies avec la clim, à 1500 vous avez une chambre avec du style et à 3500 roupies vous avez même une petite cuisine et une situation exceptionnelle, genre petit bungalow au bord de l’eau…

 

Nous avons été frappés quand nous sommes arrivés en Inde par le peu de présence d’occidentaux. Je ne suis pas sûr d’en avoir croisé à Bombay après la sortie de l’avion… C’est un peu le même sentiment que lorsque je suis arrivé en Charente-maritime et que je n’ai vu quasiment aucune personne de couleur… Enfin, toujours est-il que lorsqu’on arrive à Goa on en croise malgré tout quelques uns et qu’à Palolem on peut même trouver un Français ici où là.

 
 

Palolem Beach, la station balnéaire de Goa à ne pas manquer.

 
 

plage à goaNous resterons 9 jours et 8 nuits dans la petite guest house dans laquelle nous logeons et pour laquelle j’ai négocié, après en avoir visité une dizaine, 900 roupies la nuit (soit 600 roupies de moins que les propositions de certains pour le même type de biens). Je pense malheureusement que d’ici quelques années cette région deviendra probablement une zone dénaturée par un tourisme grandissant. En effet j’ai appris en discutant avec des villageois que dix ans auparavant il n’existait rien à cet endroit. De fait les prix sont très abordables pour un investisseur étranger : avec 10 000 à 15 000 euros vous montez une superbe guest-house de 12 chambres pouvant vous rapporter en pleine saison 250 euros par jours (la saison dure quasiment 4 mois de mi-octobre à février). Quand vous saurez que le salaire moyen est de 4000 roupies par mois dans cette région, vous comprendrez que les charges de personnel ne pèsent rien pour les employeurs.

 

ganesh plage goaMais revenons plutôt à Palolem beach : une plage magnifique, des habitants très accueillants, pas de harcèlements de mendiants et une plus grande facilité de communication car à Goa tout le monde se débrouille en Anglais. Nous n’avons noué que très peu de relations amicales car, même si nous sommes bien accueillis partout, nous sentons bien le business du tourisme. Pour la fête de Ganesh nous avons pu discuter avec certains locaux et avons assisté à un très beau festival haut en couleur. Chaque famille tient à emmener sa statue du dieu Ganesh à la mer pour porter chance et réussite aux études des enfants et au travail des parents. Cette fête constitue réellement un moment fort pour les indiens et leur donne aussi l’occasion de faire la fête entre eux, avant de se voir envahis de touristes un mois plus tard. Finalement, visiter l’Inde en septembre s’avère être un bon compromis : climat moins défavorable que de mai à août et moins d’afflux touristique massif qu’à partir de la mi-octobre (à Goa en tous cas).

 

restaurant goaParmi les quatre restaurants que nous fréquentons à Palolem, deux retiennent notre attention. Tout d’abord BaBa little Italiy où l’accueil est vraiment très amical et le cadre agréable, Lucas aura vite sympathisé avec tous les serveurs. Il y a ensuite le restaurant de « Jiji », dont le cadre est moins sympa, la situation moins bonne, la nourriture pas meilleure, mais dont par contre le patron est super, à un tel point que spontanément il est venu nous saluer à la gare lorsque nous sommes partis vers le Kerala. Mais saluer pour un Indien ce n’est pas venir vous faire un petit coucou vite fait. C’est vous accompagner jusqu’à votre couchette, vous donner les derniers bons conseils et vous proposer son aide en cas de pépins en Inde. C’est aussi vous embrasser chaleureusement et vous donner une accolade amicale.

 

Les Indiens sont très tactiles, vous pourrez voir régulièrement deux hommes se tenir par la main, se caresser tendrement, se donner une accolade et tout ceci sans aucune connotation sexuelle ou malsaine. Nous avons vraiment été surpris par ce paradoxe entre le côté hyper-tactile et très chaleureux des indiens et, d’un autre côté, cette réserve et cette pudeur par rapport aux femmes.

 

Après notre séjour reposant et un peu touristique je l’avoue, nous comprenons déjà mieux l’Inde et nous apprécions de plus en plus la chaleur de ce pays… De notre première impression au sortir de l’aéroport de Bombay il ne nous reste finalement qu’un vague souvenir de moiteur et de malaise qui s’estompe avec notre avancée vers le sud. Maintenant que nous voilà rassurés et requinqués nous décidons de nous remettre en route pour découvrir le Kerala.

 
 

Quelques premiers conseils aux voyageurs voulant s’aventurer à Goa et plus généralement en Inde :

 
 

elephant goa– Evitez le « tourist tour » à votre arrivée, pour prendre le temps de vous renseigner auprès des locaux sur les sites et les événements à ne pas manquer. De manière générale en Inde il faut sans doutes éviter ce qui est organisé pour les touristes. Certes, il y a des sites incontournables qu’il serait dommage de manquer, ou des villes à côté desquelles il serait dommage de passer, mais le business du tourisme est souvent plus que limite.

 
 

– Evitez également de dire que vous ne connaissez pas l’Inde si vous ne voulez pas payer 3 fois le prix normal… Concrètement un restaurant à touristes où vous mangez bien va vous coûter entre 500 et 1200 roupies pour deux alors qu’un restaurant de locaux vous coûtera 300 roupies. Un Rickshaw ne doit pas vous coûter plus de 12 roupies du km, et comme tout bon occidental qui ne connait pas les prix, nous nous sommes retrouvés à payer 100 roupies pour faire à peine 3 km. A l’expérience, le meilleur conseil pour connaitre le prix des choses est d’observer les locaux et de prendre le temps de discuter avec des Indiens qui ne sont pas liés aux business.

 
 

restaurant chaudy goa– Sortez au maximum des parcours balisés, cherchez à comprendre ce pays et ses habitants, essayez de voir plus loin que la première impression. Vous découvrirez un peuple généreux et chaleureux. Surtout n’ayez pas peur des indiens car ils sont souvent beaucoup plus ouverts que nous en France et prennent toujours le temps de vous aider et de vous répondre.

 
 
 
 

Si vous souhaitez réagir, témoigner de votre expérience ou tout simplement nous poser des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Et si vous avez aimé cet article likez le 🙂 .

 

Julien passe d'une vie tranquille : métro, boulot, dodo à une vie d'aventures avec sa famille. Il se lance en 2013 dans la réalisation d'un tour du monde et crée le Blog de voyage : www.basketetsacados.com pour partager son périple avec les internautes et sa famille. Après 35 ans d'une vie passé en France, il découvre le monde et ses merveilles et vous invite à travers articles, photos et vidéos à le suivre. pour en savoir plus rendez vous ici...

A Votre Tour De Parler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.