Accueil > Conseils aux voyageurs > Réflexions sur le voyage > Le backpacker n’est qu’un vulgaire touriste de base !

Le backpacker n’est qu’un vulgaire touriste de base !

quand des touristes se retrouvent au meme endroit
 
Le voyage est une aventure humaine mais le backpacker n’est qu’un… vulgaire touriste de base.

 

J’imagine déjà les réactions et je sens que les critiques vont fuser, mais ce n’est pas grave, j’assume !
Oui j’ai choisi un titre provocateur… oui je mets les pieds dans le plat… et oui j’assume !

 

voyage backpack australie
 
J’aime voyager depuis toujours
, je me sens différent de la plupart des gens, je me crois à part, j’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, rencontré énormément de monde, foulé le sol de nombreux territoires, je suis parti sans me retourner, j’ai tout plaqué, j’ai tout compris. Bref, je suis un backpacker, je suis un « aventurier » !

 
Ou plutôt je crois être un aventurier, et pour être précis un aventurier c’est : (cf.définition du mot aventurier) une personne, réelle ou fictive, qui cherche l’aventure, par goût ou par intérêt, ce qui le conduit à affronter des dangers divers et l’aventure est un projet dont la réussite est incertaine. Mais au final malgré toutes mes « aventures », mes péripéties et mes anecdotes de voyage quel danger ai-je donc affronté ?

 
 

Backpacker ou touriste ?

 

touriste de base
 
Sur les forums de voyage, sur les blogs et plus généralement au sein de la communauté des voyageurs j’entends très souvent des débats sur : quels voyageurs sommes-nous? Ces débats dérivent la plupart du temps sur la question de savoir si le touriste (vu de manière péjorative), le voyageur, le backpacker sont des aventuriers, ou de savoir dans quelle catégorie se situer. Je l’avoue clairement, ces débats me fatiguent et n’ont aucun sens et intérêt pour moi. La véritable question porte plus sur l’intérêt de voyager, et l’aventure intérieure que le voyage peut apporter, plutôt que de vouloir absolument être considéré comme un aventurier dans un monde ou celui qui peut se revendiquer comme tel sera celui qui partira pour Mars (À quelques exceptions prêt : I love you Mike Horn, je soutien ton projet fou Sébastien).
 
Et non, ni vous ni moi, ne serons les premiers à mettre le pied sur une terre inconnue (à part si vous vous rendez sur cette petite île de l’océan Indien North Sentinel 😉 ), mais ce n’est pas grave ! Au bout du compte, tous les backpackers ne sont jamais que des touristes avec des sacs à dos et je me mets dans le tas ! Personnellement je ne vois là aucune insulte, ni même connotation péjorative. Ce qui compte vraiment est plutôt de savoir où je vais, qui je rencontre, ce que je vois, ce que je découvre, ce que je goutte et plus généralement tout ce que je vis, non ? Que je fasse de l’auto stop ou non, que je loge dans un hôtel de luxe ou que je dorme à la belle étoile, je découvre le même ciel, je passe dans les mêmes rues, j’embarque dans les mêmes aéroports, je visite les mêmes temples… je suis, je suis et oui un touriste de base 😉 !!

 

backpacker
 
Le voyage en lui même est une aventure pour l’homme moderne, conditionné depuis sa naissance à n’être qu’un rouage d’une société totalement chronophage qui ne laisse plus aucune place à l’improvisation, au temps, à la découverte, au partage etc… Ajoutons à cela que les valeurs associées au voyage sont la tolérance, le partage, la découverte, l’ouverture d’esprit et la rencontre, ce qui implique entre autre le respect de l’autre, de sa façon de penser et de vivre. Rien à voir avec la critique négative, le dénigrement et les divers jugements de valeur que l’ont peut lire un peu partout dans la sphère du voyage ! Il n’y a pas de bons ou de mauvais voyageurs, ni de vrais ou de faux backpackers, il y a des parcours, des moyens et des envies différentes.

 

backpacker laos
 
Alors je ne retiendrais qu’une chose
: soyez libre et heureux de vivre vos voyages comme vous l’entendez, profitez à fond de votre vie sans vous interdire quoi que ce soit (dans la mesure de la légalité bien sûr) et foncez sans vous occuper du qu’en dira-t-on.! Voyagez responsable en pensant à l’avenir de la planète, au sort de la nature, des hommes et des animaux que vous croiserez et ne jugez pas trop hâtivement ceux qui ne pensent pas exactement comme vous. Au final votre vie est une aventure dont vous êtes le héro (l’aventurier) : à vous d’écrire une belle histoire dont vous serez fier.

 

La vie est un chemin
 
 
Nous sommes tous des touristes
mais nous n’avons pas tous les mêmes moyens ni les mêmes aspirations et c’est très bien ainsi, car la diversité fait la richesse de notre monde ! En lisant ces quelques mots j’espère susciter chez vous quelques réactions, quelques opinions et quelques retours, alors n’hésitez pas à commenter, à partager et à réagir aux propos de cet article.

 
 

Julien passe d'une vie tranquille : métro, boulot, dodo à une vie d'aventures avec sa famille. Il se lance en 2013 dans la réalisation d'un tour du monde et crée le Blog de voyage : www.basketetsacados.com pour partager son périple avec les internautes et sa famille. Après 35 ans d'une vie passé en France, il découvre le monde et ses merveilles et vous invite à travers articles, photos et vidéos à le suivre. pour en savoir plus rendez vous ici...

  • bel article MËME SI JE NE SUIS PAS D’ACCORD SUR TOUT SURTOUT QD TU DIS QUE L’ON VISITE LES MËMES LIEUX MAIS BON JE SUIS GLOBALEMENT D’ACCORD AVEC TOI
    bon voyage a vous

  • Je suis bien d’accord avec toi. Moi ça me fait toujours rire les « backpackers » qui restent toujours entrés euxà boire des coups dans les hostels. Où est l’aventure qu’ils revendiquent ?? Perso, je fuis le plus souvent ce genre d’endroit et d’ambiance d’ « entre-soi » !

  • Le principal c’est de pouvoir voyager et beaucoup n’ont pas la possibilité de le faire. Alors soyons heureux de vivre cette belle aventure qu’est le voyage.Que nous soyons à pieds, en vélo, en 4×4( comme moi), avec un sac à dos, une valise , on s’en fout.Nous avons fait le tour de l’Afrique en 2ans1/2 et avons rencontré de ‘nombreux voyageurs de toute sorte, cela a été un vrai plaisir de boire un verre ensemble et de parler;De quoi, oui de voyage, de liberté. Alors backpakers, touristes,aventuriers, grands voyageurs etc…on s’en fout aussi.Et heureusement que nous voyageons tous différemment, cela permet d’avoir de beaux échanges. Santé, bonheur, bon trip à tous et à bientôt à quelque part ….

  • Nous pensons aussi que trop de gens critiquent les façons de voyager des uns et des autres. Chacun devrait être libre d’avoir sa conception du voyage sans être jugé, dommage que certains pensent le contraire.

    Merci pour cet article qui nous réconforte ami voyageurs. 😉

  • Selon moi il y a bien une différence entre un voyageur dit « backpacker » et quelqu’un qui voyage en étant privilégié dans la mesure où le vrai backpacker je le vois comme une personne à la roots. C’est à dire quelqu’un qui ne part pas avec beaucoup de moyens, qui se débrouille sur la route, qui respecte l’environnement dans lequel il se trouve. Quand on voyage de cette manière, la plus basique possible je dirais, on découvre la réalité sans artifices, on met le focus sur les gens parce qu’on a besoin d’eux. On en apprends d’autant plus sur le monde et sur soi.
    Compare ça maintenant à une personne qui voyage parce qu’elle a les moyens, et qui donc préfère ne pas sortir de sa zone de confort. Où est donc la découverte? Où est donc l’excitation? Où est le partage?

    • Je comprend ton point de vu, toutefois avoir les moyens ne signifie pas ne pas sortir de sa zone de confort, ni ne pas partager les valeurs associées au voyage. Mais effectivement il y a véritablement une différence entre le mode de voyage backpack et des vacances dans un hôtel de luxe, les deux n’en restent pas moins des touristes, avec des visas touristes.

  • Totalement d’accord. Ca me fait toujours beaucoup rire d’entendre les gens se plaindre que dans tel pays il y a trop d’américains, ou trop de français ou trop d’allemands, en bref trop de touristes. Et toi t’es quoi au fait? un local? Qu’on soit auberge de jeunesse et sac à dos ou 4×4 et tour opérateur, nous sommes tous des étrangers en visite! Alors maintenant il y a la manière de le faire, mais ayons l’humilité de reconnaitre que nous visitons des endroits qui sont pour la plupart des chemins battus et re-rebattus et cessons de nous prendre pour la crème de la crème…

  • Je suis bien d’accord avec ta réflexion. Ce qui me semble le plus important c’est l’éthique de voyage, le respect des personnes et de l’environnement plus que de savoir si je porte un sac à dos ou si je fais des exploits sensationnels. J’ai malheureusement vu des backpackers sans aucun respect ni curiosité et des touristes voyageant dans des hotêls un peu plus chic être dans une vraie démarche de rencontre. Ne pas se fier aux apparences et prendre davantage en compte le sens qu’on met derrière le mot voyage, ça me parait plus intéressant.

  • C’est la diversité qui fait la beauté. N’est il pas intéressant d’écouter et de partager avec ceux qui voyagent et peut être s’enrichir de l’expérience et des récits de ceux qui voyagent autrement?

  • Je suis globalement daccord avec toi! on ne doit pas juger les autres sur leur type de voyage! chacun fait ce qui lui convient le mieux apres tout!
    Par contre il existe bel et bien des « mauvais » voyageurs! Des gens qui ne respectent pas la culture locale qui se sentent en territoire conquis! Ou meme plus anodin, certaines facons de voyager sans trop reflechir a son impact et d’envahir de facon exponentielle certains villages, nous detruisons des cultures et forcons des habitants a partir (cout de vie devenu trop cher)! Donc il n’est pas rien d’encourager les gens a sortir des sentiers battus, d’aider quelques habitants par-ci par-la (en mangeant dans les boui-boui ou en dormant dans des petits hotels/hostels tenus par des locaux) plutot que d’aider certains gros investisseurs deja tres riches (souvent des etrangers en plus!), et de s’interesser a la vraie culture en rencontrant des locaux plutot que daller dans des pieges a touristes!
    Bon apres ce n’est que mon ideal et je suis consciente que ce que je dis a un aspect un peu politique! De la meme facon il y a des personnes qui ne voient aucun mal a detruire des villages pour construire des groupes hoteliers… qui pour eux est synonyme de modernite! Chacun son point de vue!

    • Il existe effectivement de mauvaises personnes dans toutes les sphères et surement à dose à peu prêt égale, mais on ne peut pas dire qu’un voyageur est bon ou mauvais parce qu’il va dans tel ou tel endroit ou parce qu’il loge d’une manière différente de nous.

  • patricklaos.pd@gmail.com

    Certains BACKPACKERS n’ont ce nom que parce qu’ils portent un sac à dos.
    Ils n’ont ni l’éthique ni le respect de rien du tout.
    Que ce soit en ASIE du sud est , où ils suivent tous le même itinéraire DE KAOSAN Road à VANG VIEN et à la Full moon de KHO PANGNAN mais si leur voyage ne se fait que de beuveries incontrolables et incontrôilées je ne comprends pas vraiment.Il y a aussi ceux qui chipottent pour 2000 Kips pour 15 minutes de bateau dans le sud du Laos ou qui râlent ( Des Français ) car la nuit est trop cher à RECIFE AU bresil MAIS QUI SE TAPENT ( BI7RES DANS L4AUBERGE DE JEUNESSE ;
    j4AVOUE QUE J4AI DU MAL AVEC CES GENS L0;
    mAIS BON FAISONS NOTRE ROUTE ET OUBLIONS CES pesudo vOYAGEURS
    bon voyage a tous

  • Totalement d’accord !
    North Sentinel ? Je vais voir 😉

  • Je reviens de 3 mois aux Etats-unis, sac à dos, auberge de jeunesse, coch surfing et motels. J’assume complètement l’aspect touristique de mon voyage. J’en avais envie, je l’ai fait. Pour l’autochtone, pour qui veut, je suis une touriste et j’ai tout l’attirail qui va avec mais pour moi, quelle aventure!!!!! Quel snobisme, quelle condescendance parfois à ne pas se définir comme touriste. Chacun voyage comme il le sent et c’est tout: organisé, farniente, effrené, cher, pas chère,… Tout!! Le voyage, c’est la liberté, à chacun de définir la sienne.

  • Je suis d’accord sur le fait que n’avons tous un Visa touriste et sur le fond on est tous touristes à l’étranger, cependant là ou je vois la difference c’est sur l’intégration et la curiosité des voyageurs à aller à l’encontre des locaux, de la réalité locale. Cette effort d’intégration et de recherche de réalité autre que « Hotel, hostel, bus » relève souvent de l’aventure qui nous pousse réellement à sortir de notre zone de confort, à vouloir plus que quelques beaux clichés. Je suis aussi d’accord qu’il n’y a pas de voyage parfait ou de forme parfaite, chaque voyage est unique et parfait du moment que l’environnement et les cultures locales sont réspéctées. Merci pour l’article.

  • Merci! Ton partage est très intéressant

  • Je suis sur le fait du visa, c’est comme ça, on a des frontières et des règles à respecter pour franchir d’elles, neanmoins ceci est seulement administratif, qu’une part infime du voyage. Je vois bien une distinction sur ensuite le mode ou l’esprit entre le voyageur backpacker (sans parler de ceux qui restent dans leur hostel á boire des bières ou chercher pendant des heures leur prochain hostel) et le touriste de « base » qui voyage en empirtant au maximum sa zone de comfort (structuré, bus,avion, tour operatuer, hotel). Et sans du tout dénigrer la seconde forme, il semble que le voyageur backpaker est à la recherche d’une dimension plus profonde du voyage, un contact humain, reel avec les locaux, un intérêt et une conscience á respecter les populations locales et son encironnement… en se trouvant dans des galères parfois et c’est pas grave, en sortant davantage de sa zone de comfort, en se permetant une tolerance plus élèvé á l’inconnue, en se plongeant davantage dans la culture visitée, bien en étranger mais en étranger qui s’intéresse aux gens, en leur langue, leurs coutumes, en ayant des amis locaux, en discutant avec eux, en lisant les jour aux locaux, en s’instruisant sur les défis du pays…et non seulement á suivre un itineraire et prendre de beaux clichés, être en contact avec les guides ou les employés du secteur du tourisme.
    Ce sont sont 2 formes distinctes, même si au final chacun fait et vit son voyage comme il l’entend du moment que l’environement et les populations locales soient respectées, l’important c’est de sortir de chez soi, découvrir de nouvelles choses et s’enrichir.
    Bon voyage à tous

  • C’est vrai que c’est assez marrant cette manie des gens à toujours vouloir se mettre dans des catégories ^^
    Je pense qu’on peut très bien partir en voyage en Inde avec un sac à dos, manger Macdo en arrivant à New Delhi pour enfin finir au bar à boire de la bière chinoise. Tout comme on peut partir avec sa famille, dormir dans un bel hôtel et partir toute la journée dans les régions rurales visiter des monuments méconnus où vous dévorerez tout ce que les guides locaux vous y apprendront. Dans le 1er cas vous en apprendrez beaucoup sur le vrai quotidien d’un jeune indien urbain, dans le 2éme cas vous apprendrez beaucoup sur la culture et les racines du pays. Qu’est ce qui est le mieux? On ne peut le dire, c’est une question de goût. 🙂

A Votre Tour De Parler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.